Les nus minimalistes d’Anna Försterling

Les images d’Anna Försterling se démarquent des photos de nus que l’on a l’habitude de voir. Ses yeux de femmes ne regardent pas les corps comme des objets sexuels, mais plutôt comme des sculptures mouvantes. Son utilisation de l’argentique ajoute à ses travaux quelque chose de sensible et de vrai.
Elle nous parle ici de sa pratique de la photographie, de son rapport à la lumière, et de sa vision du corps féminin…

Bonjour Anna, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Anna et je suis une photographe portraitiste argentique d’Allemagne. J’aime capturer la pureté des corps, les détails de la peau, les portraits de visages authentiques et des nus esthétiques.

« Je m’intéressais à la photographie de nature et de paysages […] »

©Anna Försterling

Comment ta passion pour la photographie a-t-elle commencé ?

Quand j’ai commencé la photo, tout ce que j’avais à faire, c’était de créer une « belle » image.
À l’époque, je pense que c’était en 2011, j’était photographe dans des domaines complètement différents. Je m’intéressais à la photographie de nature et de paysages, en particulier aux petits insectes que je voulais reproduire à grande échelle.
Mais avec mon objectif 18-55mm que ma mère m’avait donné en plus du Canon EOS 400D j’ai rapidement atteint les limites de mon souhait. C’est ainsi qu’a commencé ma passion pour la photographie.

©Anna Försterling

J’étais occupé à apprendre la technique et j’ai acheté un meilleur appareil photo numérique ainsi que mon premier objectif macro. Et c’est de cette passion qu’est né le désir de me consacrer à la photographie – je voulais photographier à plein temps !
C’est ainsi que j’ai postulé pour un apprentissage de photographe dans un laboratoire photo à Dresde. J’ai été conquise.

Et comment suis-je entrée dans la photographie de portrait et de nu ? Au début de ma formation, je n’aurais jamais pensé que ce serait une de mes spécialités. Mon intérêt de vouloir représenter les gens s’est concrétisé, uniquement par la photographie argentique lors d’une formation en éducation.

©Anna Försterling

« Je veux que mes images soient intemporelles et puristes. »

J’ai aimé ce genre de photographie dès le début, et quand j’ai vu des portraits pris sur pellicule, je me suis dit que je DEVAIS en faire. J’ai regardé beaucoup d’images argentiques et j’ai commencé à essayer.

J’ai demandé sur des groupes de passionnés de photo qui aimeraient poser pour moi, et je fonctionne encore de la même manière aujourd’hui.
J’aimerais essayer quelque chose de nouveau, dépeindre l’âme, créer des formes et essayer d’une manière ou d’une autre de subjuguer le spectateur pendant plus de quelques secondes.

©Anna Försterling

Comment définirais-tu ton style photographique ?

Je veux que mes images soient intemporelles et puristes. Il est important pour moi que l’essentiel et le naturel passent au premier plan. J’aime façonner le corps avec la lumière et l’intégrer dans le paysage.

« Dans mes images, le naturel et une touche de minimalisme sont très importants pour moi, j’aime tout réduire à l’essentiel. « 

©Anna Försterling

Tes principaux sujets sont les jeunes femmes. En quoi les femmes t’inspirent-elles ?

Les formes du corps féminin sont tout simplement belles. Dans mes images, le naturel et une touche de minimalisme sont très importants pour moi, j’aime tout réduire à l’essentiel.
J’aime le jeu des différentes formes, de nombreuses optiques et objets dans les pièces s’harmonisent parfaitement avec le corps féminin. J’aime aussi la peau pure comme médium, parce qu’elle ne peut pas être réduite davantage de manière minimaliste. C’est juste l’ensemble originel.

©Anna Försterling

Cependant, je voudrais dire que je photographie aussi des hommes. Ou du moins, j’aimerais en photographier davantage.
Avec les hommes, il est malheureusement souvent un peu difficile d’être sur la même longueur d’onde, je parle ici surtout d’une représentation sensible. Généralement l’homme veut se présenter comme fort et sûr de lui et moins comme sensible et rêveur.

« Je veux passer de la sexualisation à l’abstraction et à la forme. »

©Anna Försterling

Tu travailles à la lumière naturelle, ce qui donne un aspect très pictural à tes images. La peinture fait-elle partie de tes inspirations ?

Non, pas vraiment. Mon éclairage est souvent influencé par la photographie classique, comme je l’ai appris à l’école. Cependant, cet éclairage est basé sur des peintures et des peintres classiques ; ce n’est pas pour rien que l’un de ces types d’éclairage s’appelle la lumière Rembrandt.
C’est l’inverse avec moi, j’aime dessiner et étudier l’éclairage des photographies.

©Anna Försterling

Que souhaites-tu communiquer à travers tes images ?

Je pense qu’il est important de montrer aux gens que le corps est quelque chose de beau et qu’on peut le mettre en scène très différemment. Je veux passer de la sexualisation à l’abstraction et à la forme.

« Le plus important, c’est la confiance mutuelle. »

Tu fais beaucoup de photos de nus. Le processus créatif et la façon dont tu communiques avec ton modèle sont-ils très différents de ceux que tu emploies lorsque tu photographies tes modèles habillés ?

Non, en fait, il n’y a pas de différences. Le plus important, c’est la confiance mutuelle. La personne devant la caméra ne doit pas avoir peur de vous ou de la caméra. Il doit y avoir une atmosphère détendue, peu importe que la personne que vous voulez photographier soit nue ou habillée.

©Anna Försterling

« […]vous ne devez pas être timide ou découragé par les refus. »

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes photographes ?

Ne vous laissez pas décourager par trop de technologie ou de grands portfolios – au contraire, cela devrait vous stimuler ! Au début, il est difficile de trouver des modèles pour vos projets sans un book. Mais vous ne devez pas être timide ou découragé par les refus.

« […] j’aimerais unir plusieurs corps en une seule image. »

Je pense aussi qu’il est important de ne pas se reposer sur sa technique ou de penser qu’on peut faire de meilleures photos avec une meilleure technique. C’est des conneries, c’est juste une excuse. Une image vit de son contenu pictural, de sa conception et de son idée. Et tout est dans l’œil du photographe.

©Anna Försterling

As-tu des projets en cours dont tu peux nous parler ?

Cette année, j’aimerais me consacrer davantage à la photographie de nu artistique. Par-dessus tout, j’aimerais unir plusieurs corps en une seule image. C’est tout ce que je veux dire. 🙂

Retrouvez le travail d’Anna sur son site, et suivez la sur Instagram