The Wednesday Shot – De l’amour, de l’art, un air de révolution et Graham

Chaque mercredi, Philippe Graton revient sur l’une de ses images, alliant son amour pour la photographie à celui pour l’écriture. Une occasion unique d’admirer les talents combinés d’un photographe à la longue carrière.

Chaque mois, retrouvez dans Loenke Magazine les quatre derniers Wednesday Shot.

Some Loves

Il est des amours comme l’océan. Immuables. Éternels. On les contemple sans en deviner l’étendue ni la profondeur. Ils vous portent ; quels que soient vos changements de caps, vous erreurs de navigation, vos errances, ils vous portent.

Leur force est surnaturelle, leur patience infinie, leur générosité divine. Ils vous font vous sentir fort et magnifique alors que nous sommes égoïstes et insignifiants.

Nico Lannoo

Un jour, il faudra que je vous raconte l’histoire de cet artiste brugeois, Nico Lannoo, qui, pour continuer à progresser, sentit le besoin de se débarrasser de toutes les œuvres qu’il avait déjà faites. Le chemin parcouru l’avait mené là où il était, alors pourquoi garder dans son sac des dizaines de toiles du passé ? S’alléger pour mieux avancer.

De ses toiles, il construisit une très belle cabane sur la ZAD de Notre-Dame des Landes. Et le soir, entre chien et loup, il y mit le feu. Trente années de travail partirent en flammes de mille couleurs différentes. Pour moi, un acte artistique absolu.

Nico Lannoo, Notre-Dame des Landes, France, April 14th, 2017. Photo © Philippe Graton

Wise Birdie

À tous ceux qui n’ont rien vu venir, au moins auriez-vous pu écouter le petit oiseau malin de Souchon et Voulzy, qui sifflotait, en 2015, de prendre garde à ceux qui n’ont rien. Il parlait des monarques et de leurs secrets, de leurs ordonnances et leurs décrets, qui n’entendaient ni l’oiseau chanter ni la colère monter.

À force de vouloir encore plus, pour se mettre à l’abri, on se met en danger et on perd tout. Le monde de demain, chantait le petit oiseau malin, est dans les mains de ceux qui n’ont rien.

ZAD, Notre-Dame des Landes, France 2016. Photo © Philippe Graton

The Graham Trail

C’était juste après une séparation. Seul sur la route. Comme K.O. debout, face à l’inconnu. Perdu, à deux doigts de vieillir d’un coup. Il me fallait retrouver qui j’étais, et quelle route suivre pour le reste du chemin. Un arrêt pour faire le plein et le point.

J’ai d’abord aperçu la moto, seule, posée sur sa béquille. Un trail léger, de 250 cc, chargé de peu de bagages. Je ne sais pas pourquoi je l’ai photographié. De la station service est sorti son pilote. Graham. Il venait des « Éléphants », un rassemblement moto qui a lieu en janvier en Bavière, sur la glace et dans la neige. Il rentrait chez lui, à Birmingham.

À 77 ans. Il m’a parlé, le temps que son café lui réchauffe les doigts. Puis il a enfourché sa Yamaha et a repris sa route. Et j’ai compris. Graham était passé là pour me montrer un chemin. Celui de l’aventure, de l’indépendance, de l’audace, du refus du confort. Celui de la vie.

Graham and his Yamaha 250, Belgium, January 2017. Photo © Philippe Graton

Chaque semaine, retrouvez une image de Philippe Graton racontée par son auteur. Vous pouvez également retrouver les anciens Wednesday Shot sur son site et son compte Instagram

Cet article est aussi disponible en anglais